Skip to main content

La sacristie

Concernant:

La sacristie

Dirigeons-nous maintenant dans la sacristie, la plus vieille partie de l’église. On remarque tout de suite qu’elle est d’une grandeur inhabituelle. Elle a été construite dans le but d’accueillir le plus grand nombre de fidèles aux messes durant la construction de l’église qui dura deux ans. On dit même qu’on y aurait installé un jubé afin de permettre à plus de gens d’y prendre place.

La sacristie est aussi décorée de plusieurs sculptures dont l’une au plafond symbolise les 3 vertus théologales : la Foi, l’Espérance et la Charité. La Foi est représentée par une croix, l’Espérance par une ancre et la charité par un coeur. Ces trois vertus, couronnées de rayons, sont surmontées d’angelots. Du côté droit, au-dessus des fonts baptismaux, s’ajoute une colombe représentant l’Esprit-Saint accompagnée de corbeilles de fleurs, de feuillages et de rubans sculptés. Les fonts baptismaux ont été sculptés à la main par Henri Angers vers 1904. Monsieur Angers a également réalisé les deux petits lavabos de chaque côté.

Transportons-nous maintenant vers l’autel de la sacristie. Placée au-dessus de la coupole, on découvre la «Gloire» sur laquelle est inscrit en hébreu, le nom de YAHVE (J. H. S.), ce qui signifie : «Jésus, Sauveur des hommes». Sur le globe, représentant la terre, une croix est déposée et Satan, représenté par un serpent, est vaincu. La ramure de palmiers et les deux rinceaux sculptés proviennent de l’ancienne église de pierre.

La coupole en bois doré est à l’image de celle de Saint-Pierre de Rome. Nous y remarquons des sculptures variées recelant une multitude de détails.

Vient ensuite le retable où figurent les reliques de saint Boniface et de saint Eugène. De chaque côté des reliques, une statue de la vierge Marie et une du Sacré-Coeur sont déposées. Dans le centre se trouve le tabernacle muni d’une porte sur laquelle est sculpté le Bon Pasteur. S’ajoute au retable deux autres statues de grandeur nature de saint François d’Assise et de saint Antoine de Padoue.

Face au retable un petit autel est déposé, une gracieuseté du Séminaire de Saint-Geor-es. Du côté droit, on remarque un tabernacle fabriqué en 1968 et qui servait aux offices religieux célébrés à la salle paroissiale lors des grandes réparations.

Notre vision se porte maintenant sur des vitraux qui ajoutent à la beauté du temple divin. Ces vitraux, réalisés par Messieurs Fisher possédant un atelier à Québec, résultent d’une technique qui fut prédominante depuis la Renaissance. Un des vitraux rappelle le Sacré-Coeur dans la gloire du ciel et dans une apparition sur terre à Marguerite Marie. Le deuxième vitrail représente l’apparition de Marie à Bernadette Soubirous à Lourdes sous le vocable : «Je suis l’Immaculée Conception».

Le chemin de croix mural fut dévoilé le 20 mars 1904. Il a coûté 60 $ et Monsieur Georges Roy (Adam) en fut le donateur.

Aux quatre coins de la sacristie, admirons les magnifiques confessionnaux fabriqués de toutes pièces par des artisans de Saint-Georges, les frères François et Ludger Bérubé. Ajoutons à ces chefs-d’oeuvre les fonts baptismaux et les deux lavabos entièrement sculptés par M. Henri Angers en 1904. Un simple coup d’oeil témoigne de l’habileté et du sens artisanal que possédaient ces valeureux artisans.

Nous croyons opportun de vous mentionner les noms et prénoms de tous les curés qui ont oeuvré ici. Nous retrouvons les photos exposées au mur de la sacristie.

En voici la liste

Moise Fortier 9 octobre 1840 au 12 mai 1845
Antoine Campeau 5 octobre 1845 au 27 septembre 1857
Charles G. Gaudin 4 octobre 1857 au 28 septembre 1859
Ferdinand Catellier 4 octobre 1859 au 28 septembre 1877
Bemard Bemier ler octobre 1877 au 19 mars 1890
Théophile Montminy avril 1890 à octobre 1899
Henri Alfred Dionne octobre 1899 au 22 février 1918
Monseigneur Hilaire Fortier avril 1918 à octobre 1941
Monseigneur Édouard Beaudoin 2 octobre 1941 à septembre 1964
Joseph Denis 6 septembre 1964 à juin 1980
Charles Cloutier 22 juin 1980 à septembre 1992
Jean-Marie Bourque septembre 1992 à septembre 1998
Marc Labbé septembre 1998 à

Nous terminons la visite de la sacristie en repassant par les deux grandes portes au-dessus desquelles nous remarquons des blasons qui faisaient partie intégrante des colonnes du retable de l’ancienne église. Ces deux portes nous donnent accès à une superbe vue d’ensemble de l’intérieur de l’église et de sa splendeur incomparable. Les sculptures, tableaux et dorures invitent à l’émerveillement. Nous pouvons y découvrir les beautés de l’Art Sacré et les grandes orgues.